Mahmoud Abdel Aleem

09.05.2016 ( Modifié le : 27.09.2016 )
Trial Watch rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

faits

Mahmoud Abdel Aleem, citoyen de nationalité égyptienne, était fonctionnaire au sein de l’ancien Service de renseignements de la sûreté de l’État égyptien (SSIS). Il était l’un des cinq agents du SSIS impliqué dans le meurtre de Sayed Bilal. Bilal, un égyptien salafiste, était accusé d’avoir fait exploser une bombe devant une église.

Le 31 décembre 2010, après la messe du nouvel an, seulement quelques semaines après que le Printemps arabe a débuté en Tunisie et avant que ne commence la révolution égyptienne, une bombe a explosé devant une église copte à Alexandrie, tuant ainsi 23 fidèles et en blessant une centaine.

Bilal comptait parmi les individus arrêtés et interrogés à propos de l’explosion. Arrêté à son domicile le 5 janvier 2011 à l’aube, son corps inanimé et meurtri de blessures a été rendu à sa famille le jour suivant. Bilal aurait été battu dans la rue devant de nombreux témoins. La police a toutefois refusé d’assumer la responsabilité de ce décès, affirmant que Bilal est décédé d’asphyxie. Le rapport médico-légal indique néanmoins de nombreuses blessures, et précise que Bilal est mort des suites d’une hémorragie cérébrale résultant d’un coup porté à la tête.

Suivant le décès de Bilal, les membres de sa famille ont déposé une plainte, déclarant qu’ils ont été harcelés et intimidés par des agents du SSIS alors qu’ils tentaient de déterminer les circonstances entourant la mort de Bilal. Les proches de la victime ont ensuite porté plainte à l’encontre du SSIS, accusant ses agents de la mort de Bilal.

Le 26 octobre 2011, un juge du tribunal d’Alexandrie a ordonné que soit jugé Aleem, ainsi que quatre autres agents du SSIS (Hossam al-Shenawy, Ahmed Kamal, Osama al-Konayesi and Mohammed al-Shimi) pour le meurtre et les actes de torture perpétrés à l’encontre de Bilal.

 

procédure légale

Le 26 octobre 2011, un juge du tribunal d’Alexandrie a ordonné que soit jugé Aleem, ainsi que quatre autres agents du SSIS (Hossam al-Shenawy, Ahmed Kamal, Osama al-Konayesi and Mohammed al-Shimi) pour le meurtre et les actes de torture perpétrés à l’encontre de Bilal.

Aleem et trois autres des accusés ont fui avant de pouvoir être arrêté. Parmi les cinq agents inculpés, seul al-Shimi était présent à son procès.

Le 21 juin 2012, le Tribunal pénal d’Alexandrie a reconnu coupable par contumace les quatre policiers fugitifs du meurtre et de la torture de Bilal. Les coupables ont été condamnés à la prison à perpétuité, soit 25 ans pour la justice égyptienne. Al-Shimi, le cinquième accusé ayant été placé en détention provisoire avant le début du procès, a été condamné à 15 ans de prison pour le meurtre de Bilal.

Le 20 novembre 2012, Aleem et les autres condamnés ont requis un nouveau procès après que certains d’entre eux se sont rendus à la police. Aleem a été reconnu innocent le 20 décembre 2012.

Parmi les quatre autres fonctionnaires du SSIS originellement condamné avec Aleem, Kamal a également été acquitté, et Al-Konayesi a obtenu une réduction de sa peine de prison à 15 ans.

 

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW