Initiative pour des multinationales responsables

03.10.2016 ( Modifié le : 23.02.2017 )
Les violations des droits humains commises par des multinationales domiciliées en Suisse font régulièrement les gros titres des médias. Conditions de travail inhumaines, travail des enfants, pollutions causées par l’exploitation minière : une initiative veut mettre un terme à ces pratiques inacceptables. Les scandales qui ont défrayé la chronique ces dernières années montrent que les mesures volontaires ne suffisent pas. Siège de nombreuses multinationales, la Suisse a la responsabilité et la possibilité de montrer l’exemple. TRIAL International lutte depuis des années contre l’impunité des entreprises en matière de droits humains. Elle a notamment dénoncé les exactions d’Argor-Heraeus SA  et Caterpillar.   Les mesures volontaires ne suffisent pas  C’est pour responsabiliser davantage les multinationales qu’une initiative, portée par une coalition d’ONG dont TRIAL, prévoit l’introduction dans la loi suisse d’un devoir de diligence des entreprises. Celui-ci obligerait les sociétés à vérifier si leurs activités à l’étranger conduisent à des violations des droits humains ou des standards environnementaux, à prendre des mesures pour y remédier et à rendre des comptes. Si les sociétés enfreignent leur devoir de diligence, elles pourront être amenées à répondre de leurs manquements devant les tribunaux suisses. Les coûts financiers et les dégâts d’image qui pourraient en résulter suffiront à convaincre la plupart des entreprises de prendre les mesures adéquates et d’assumer leur responsabilité pour l’ensemble de leurs activités.

#Inimulti

Les violations des droits humains commises par des multinationales domiciliées en Suisse font régulièrement les gros titres des médias. Conditions de travail inhumaines, travail des enfants, pollutions causées par l’exploitation minière : une initiative veut mettre un terme à ces pratiques inacceptables.

Les scandales qui ont défrayé la chronique ces dernières années montrent que les mesures volontaires ne suffisent pas. Siège de nombreuses multinationales, la Suisse a la responsabilité et la possibilité de montrer l’exemple.

TRIAL International lutte depuis des années contre l’impunité des entreprises en matière de droits humains. Elle a notamment dénoncé les exactions d’Argor-Heraeus SA  et Caterpillar.

Les mesures volontaires ne suffisent pas

C’est pour responsabiliser davantage les multinationales qu’une initiative, portée par une coalition d’ONG dont TRIAL, prévoit l’introduction dans la loi suisse d’un devoir de diligence des entreprises.

Celui-ci obligerait les sociétés à vérifier si leurs activités à l’étranger conduisent à des violations des droits humains ou des standards environnementaux, à prendre des mesures pour y remédier et à rendre des comptes.

Si les sociétés enfreignent leur devoir de diligence, elles pourront être amenées à répondre de leurs manquements devant les tribunaux suisses. Les coûts financiers et les dégâts d’image qui pourraient en résulter suffiront à convaincre la plupart des entreprises de prendre les mesures adéquates et d’assumer leur responsabilité pour l’ensemble de leurs activités.