Adalberon de Moraes

07.05.2016 ( Modifié le : 20.02.2018 )
Trial Watch rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

faits

Adalberon de Moraes est l’ancien maire de la ville de Satuba, situé dans la région métropolitaine de Maceió dans l’état brésilien de Alagoas. En mars 2013 il a été condamné pour avoir ordonné le kidnapping, la torture et le meurtre du professeur Paulo Bandeira, décédé au mois de juin 2003.

Bandeira a été porté disparu le 2 juin 2003 après avoir reçu un appel du professeur Josefa Silva Costa lui demandant d’aller à la mairie. Bandeira a été ensuite kidnappé, torturé, ligoté et brûlé vif dans sa voiture. La police a découvert le véhicule au bord de la route deux jours après qu’il a été porté disparu.

Bandeira a été tué pour avoir déclaré que de Moraes, alors maire, avait détourné de l’argent du fond pour la maintenance et le développement de l’éducation fondamentale et de la valorisation de l’éducation (FUNDEF). Ceci a eu pour conséquence une enquête menée par la police fédéral contre de Moraes.

Avant d’être assassiné, la victime avait écrit une lettre et s’était enregistré elle-même pour documenter/prouver les menaces qu’il recevait de de Moraes.

De Moraes, l’un des plus puissants, riches et influents politiciens de l’état d’Alagoas, a été mis en examen au côté d’Ananias de Lima et de Geraldo Augusta Santos Silva, deux officiers de la police militaires qui ont été accusés d’avoir commis le crime.

procédure légale

De Moraes, un des plus puissant, riche et influent politicien de l’état d’Alagoas, a été mis en exmaen au côté d’Ananias de Lima et de Geraldo Augusta Santos Silva, deux officiers de la police militaires qui ont été accusés d’avoir commis le crime.

La cour fédérale avait déjà condamné de Moraes à 63 ans de prison pour le détournement des fonds de la FUNDEF et d’autres crimes liés à la corruption. Il a fui l’état d’Alagoas pour vivre à Sao Paulo, mais a été capturé en 2012 et ramené dans l’état d’Alagoas.

Les éléments de preuve les plus concrets utilisés pendant le procès ont été les lettres et enregistrements de Bandeira. Dans ces enregistrements il faisait état des irrégularités et de la corruption menée par de Moraes, en particulier le détournement des fonds de l’état consacrés à la FUNDEF et les menaces qu’il avait reçu du maire. De plus à proximité du lieu où le meurtre a été commis la police a trouvé une bouteille d’alcool provenant du même lot et de la même marque que celle trouvée dans l’école où Bandeira travaillait.

Après un procès qui a duré quatre jours le jury a annoncé sa décision, qui était la condamnation de tous les accusés. De Moraes, qui a été considéré comme étant le cerveau du crime a été condamné à 34 ans et 4 mois de prison pour avoir ordonné le meutre du Professeur Bandeira. Les deux officiers de police militaire, Ananias de Oliveira et Geraldo August ont été respectivement condamnés à 31 ans et 28 ans et huit mois de prison. Après l’annonce de leurs condamnations, les avocats des accusés ont affirmé qu’ils feraient appel de la décision auprès d’une cour supérieure.

Dans la mesure où De Moares a déjà été condamné pour détournement de fonds publics et pour des crimes liés à la corruption, il n’a pas eu droit à une réduction de peine pour avoir organisé le meurtre de Bandeira.